Document de référence et rapport financier annuel 2013 - page 172

Document de référence 2013
170
Commentaires sur l’exercice 2013
Résultats des activités
4
La
marge brute d’autofinancement
s’établit à 713 millions
d’euros contre 694 millions d’euros au 31 décembre 2012. Les
investissements de développement récurrents
s’établissent à
200millions d’euros en 2013, les
investissements demaintenance
dans l’hôtellerie s’élèvent à 265 millions d’euros, incluant un impact
de 27 millions d’euros liés au projet ibis méga-marque.
En 2013, le
cash flow
du Groupe a été positivement impacté par les
cessions d’actifs hôteliers pour 331 millions d’euros. Par ailleurs, la
bonne gestion du
Besoin en Fonds de Roulement
(+ 133millions
d’euros),
et l’impact positif au second semestredu
pland’économies
de coûts
ont eu un impact favorable sur la
variation de dette nette
du Groupe, de 190 millions d‘euros,
qui ramène
l’endettement
net à 231 millions d’euros
au 31 décembre 2013.
Au 31 décembre 2013, Accor dispose de
1,5 milliard de lignes
de crédit long terme
confirmées non utilisées.
Le Groupe a
par ailleurs optimisé le coût de sa dette, avec l’émission réussie
d’un emprunt obligataire de 600 millions d’euros à maturité 6
ans, à un taux de 2,5 %. Ces 600 millions d’euros ont facilité le
remboursement de 700 millions d’euros de dette obligataire et
autres emprunts en 2013, à un taux moyen de 6,14 %, permettant
une diminution significative du coût de la dette, à 4,28 %.
Ratios financiers
De manière générale, les principaux ratios financiers se sont
améliorés en 2013 et reflètent ainsi la transformation du Groupe.
Dette nette sur fonds propres
L’endettement net du Groupe s’établit à 231 millions d’euros par
rapport à 421 millions d’euros à fin 2012. Le ratio d’endettement
net rapporté aux fonds propres s’établit à 8,4 % au 31 décembre
2013, contre 14,1 % un an plus tôt.
Marge brute d’autofinancement d’exploitation
courante/dette nette retraitée
Le ratio de marge brute d’autofinancement d’exploitation courante
retraitée/dette nette retraitée est calculé en application des ratios
utilisés par les principales agences de notation, la dette nette étant
retraitée de l’actualisation à 7 %
(1)
des flux futurs des loyers fixes.
Au 31 décembre 2013, ce ratio s’établit à 31,3 % contre 28,5 %
pour l’exercice précédent.
Une analyse est effectuée dans les comptes consolidés.
Rentabilité des capitaux engagés
La rentabilité des capitaux engagés (ROCE), mesurée par
l’excédent d’exploitation des activités (EBITDA) rapporté à la
valeur brute des immobilisations, augmentée du besoin en
fonds de roulement, s’établit à 14,0 % en 2013 contre 14,0 %
en 2012 (voir l’analyse dans les comptes consolidés). Le ROCE
des segments Haut et Milieu de gamme et Économique sont
en repli à 11,0 % et 18,7 % du fait des acquisitions de Mirvac et
Posadas en 2012, et des investissements engagés dans le cadre du
programme ibis, notamment le déploiement de laméga-marque ibis
et les rénovations d’hôtels.
Création de valeur
La création de valeur économique se détermine comme suit :
-
x
(
)
ROCE
après
impôt
Capitaux
employés
Coût
moyen
pondéré
du capital
Avec un ROCE après impôt de 11,4 % et un coût moyen pondéré
du capital de 8,8 % en 2013, appliqué à 6,35 milliards d’euros
de capitaux employés, Accor crée de la valeur (
Economic
Value
Added
, EVA) pour 165 millions d’euros en 2013, contre 164 millions
d’euros en 2012.
P&L Performance
Depuis 2010, l’évolution de son modèle économique vers de la
franchise et dumanagement a amené le groupe Accor à déployer un
nouvel outil de reporting ayant pour but d’analyser la performance
de son métier de gestionnaire de réseaux et d’exploitant hôtelier.
Cet outil, appelé P&L Performance, est basé sur les activités
induites par son métier de gestionnaire de réseaux et d’exploitant
hôtelier qui sont :
ƒƒ
l’activité de franchiseur qui consiste pour Accor à faire bénéficier
à l’ensemble de ses hôtels, qu’ils soient filiales, managés ou
franchisés, de ses marques et de sa notoriété en contrepartie
de redevances de marque ;
ƒƒ
l’activité de manageur par l’intermédiaire de laquelle Accor
transmet à ses hôtels filiales ou managés, son savoir-faire
et son expérience opérationnelle en exploitation hôtelière en
contrepartie de redevances de management ;
ƒƒ
l’activité de « vente et de marketing » qui consiste pour Accor à
faire bénéficier à l’ensemble de ses hôtels qu’ils soient filiales,
managés ou franchisés, de ses services en termes de systèmes
de distribution, de programme de fidélité, de force commerciale
et d’opérations de marketing en contrepartie de redevances de
Sales & Marketing
;
ƒƒ
l’activité d’exploitant hôtelier des hôtels détenus en pleine
propriété ou sous contrat de location. L’ensemble du chiffre
d’affaires et du résultat généré par ces hôtels appartient
à Accor ;
ƒƒ
les Autres activités non allouées qui incluent notamment
les Directions
corporate
du Groupe.
Dans le cadre de cet outil de reporting, le Groupe analyse
les indicateurs suivants :
ƒƒ
le volume d’activité ;
ƒƒ
le chiffre d’affaires ;
ƒƒ
le résultat brut d’exploitation ;
ƒƒ
le résultat d’exploitation.
Pour certains de ces indicateurs, des objectifs de marge, de taux
de transformation et de résultat ont été mis en place.
(1) Taux retenu par l’agence de notation Standard & Poor’s.
1...,162,163,164,165,166,167,168,169,170,171 173,174,175,176,177,178,179,180,181,182,...344
Powered by FlippingBook