Document de référence et rapport financier annuel 2013 - page 52

Document de référence 2013
50
Responsabilité de l’entreprise
Engagements sociaux
2
l’hôtel, d’autre part, peuvent ainsi être observés. En 2013, 37 491
salariés ont démissionné. Ils représentent 61 % des départs du
Groupe en 2013 et représentaient 60 % en 2012.
L’absentéisme est un indicateur à manipuler avec beaucoup de
prudence dans le Groupe, notamment car Accor a révisé les définitions
des critères d’inclusion en 2013. La comparaison des indicateurs
entre 2012 et 2013 est ainsi fortement compromise. En 2013, les
absences pour raisons médicales moyennes par salarié et par an
sont de 6,5 jours. Les absences « non autorisées » (définition dans
le chapitre 2.9.) s’élèvent à 1,1 jour en moyenne par salarié et par an.
Conditions de travail
La responsabilité d’employeur du Groupe implique de mettre en
place les conditions de travail optimales à la santé et à la sécurité,
au bien-être et à la performance des équipes. L’environnement de
travail doit s’adapter aux fonctions, aux personnes et aux ambitions
du Groupe en matière de productivité.
L’amélioration des conditions de travail prend plusieurs formes
principales :
ƒƒ
lutter contre les accidents, les maladies induites par les gestes
répétés, et autres troubles liés à l’activité salariée grâce à l’identi-
fication des risques et la mise en œuvre des formations
ad hoc
;
ƒƒ
limiter les effets de notre activité et de nos horaires atypiques
sur la vie privée et renforcer ainsi l’attractivité du Groupe et
l’engagement des salariés.
Organisation du temps de travail
La particularité du secteur hôtelier, avec une grande amplitude
d’ouverture des établissements, induit des horaires variables pour
les collaborateurs qui peuvent être amenés à travailler la nuit, les
jours fériés et les week-ends. Compte tenu de cette spécificité,
Accor a déployé différentes actions pour favoriser le meilleur
équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, ceci afin de
mieux répondre aux attentes liées à la culture et aux besoins des
collaborateurs dans les différents pays où le Groupe est présent.
Ces actions se situent notamment dans le cadre des engagements
formels qu’a pris le Groupe dans la Charte éthique (qui sera redéployée
courant 2014), veillant à :
respecter les grandes étapes de la vie,
minimiser les situations d’inconnu sur l’emploi du temps à court terme
pour
réduire les impacts du travail à horaires atypiques,
et apporter,
lorsque les contraintes du poste le permettent, une réponse concrète
aux collaborateurs qui rencontrent des
difficultés de transport.
À fin 2013, 11,4 % des collaborateurs Accor des sièges ainsi que
des hôtels filiales et managés travaillent à temps partiel. Ils étaient
12,4 % en 2012.
La durée collective du travail dans l’hôtellerie est, en France,
fixée à 39 heures hebdomadaire (excepté pour les cadres, au
forfait jour). Conformément aux dispositions de l’avenant N° 2
à la convention collective des Hôtels, Cafés, Restaurants, les
heures travaillées entre la 36
e
et la 39
e
heure sont majorées
de 10 %. Dans les hôtels filiales, les heures supplémentaires
effectuées entre la 36
e
et la 39
e
heure sont rémunérées au
taux normal, tandis que la majoration de 10 % est reversée
sous forme de repos compensateur. Dans les sièges Accor et
dans les hôtels, les cadres sont pour la plupart sous convention
de forfait (218 jours).
Dans le reste du monde, le temps de travail respecte la législation
ou les conventions collectives de chacun des pays. Les heures
supplémentaires peuvent être payées avec majoration ou récupérées
selon la législation et l’accord ou la convention applicable dans
l’établissement, et selon les dispositions contractuelles de chaque
salarié.
Comme pour la majorité des fondamentaux de la gestion des
Ressources humaines, les conditions de travail sont gérées au
niveau local, en cohérence avec le contexte culturel, les accords
collectifs applicables et la législation du travail du pays. Par exemple,
le programme « Life, Health & Wealth » engagé aux États-Unis
qui propose aux salariés des outils et informations utiles pour une
meilleure qualité de vie et santé, en lien avec une protection sociale
et de prévoyance de qualité.
La lutte contre les risques liés au travail
Le secteur hôtelier n’est pas très exposé à des risques en matière
de santé. Toutefois, les incidents quotidiens et la perspective de
développer des troubles musculo-squelettiques sur le long terme
en raison de gestes répétés sont pris en considération par le
management.
Accor déploie dans différents pays où il est présent des Comités
d’hygiène et de sécurité qui respectent les lois locales prévoyant
une évaluation des risques induits par hôtel, par département, ou
par poste.
Cette évaluation peut porter sur les
risques potentiels à court et long terme
:
Court terme
• Manipulation d’éléments
tranchants en cuisine et technique
• Polissage des verres en restauration
• Chutes en cuisine et technique
• Risque chimique pour le personnel
de blanchisserie
• Soudure au service technique…
• Risques psychosociaux… • Troubles musculo-squelletiques
Long terme
Risques liés aux infrastructures
1...,42,43,44,45,46,47,48,49,50,51 53,54,55,56,57,58,59,60,61,62,...344
Powered by FlippingBook