Document de référence et rapport financier annuel 2013 - page 72

Document de référence 2013
70
Responsabilité de l’entreprise
Engagements environnementaux
2
2.7.3. ÉNERGIE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE
Enjeux énergie et carbone
Énergie
En plus de représenter un poste de coût significatif et grandissant
pour Accor, la consommation d’énergie dans les hôtels constitue
l’un des premiers impacts du Groupe sur l’environnement vis-à-vis
duquel les leviers d’action sont importants. Accor se mobilise pour
déployer à grande échelle et systématiser la sobriété énergétique et
le recours aux énergies renouvelables. Sur le cycle de vie, 75 %
(1)
de l’énergie consommée par Accor provient des consommations
dans les hôtels (selon l’empreinte environnementale réalisée en
2011). Les progrès déjà accomplis pour réduire cet impact sont
notables. Le Groupe doit toutefois continuer à agir dans ce domaine
pour anticiper les réglementations à venir, l’apparition de nouvelles
taxes et l’augmentation de coûts de plus en plus contraignantes
pour l’activité hôtelière.
Accor s’est engagé à réduire, entre 2011 et 2015, sa consommation
d’énergie de 10 % et ses émissions de CO
2
de 10 % sur les hôtels
filiales et managés. Pour les hôtels franchisés sur lesquels le Groupe
n’a pas la maîtrise opérationnelle, Accor met à disposition des outils
et propose des recommandations pour répondre à ces enjeux.
Carbone
Le changement climatique est un défi important pour l’industrie
touristique dans son ensemble :
ƒƒ
les zones touristiques risquent d’être largement impactées par
les changements climatiques ;
ƒƒ
les politiques climatiques vont profondément modifier l’envi-
ronnement économique et le développement futur du Groupe,
notamment en changeant le paradigme énergétique du modèle
de croissance, avec des implications fortes dans le secteur
des transports et des bâtiments.
Dans ce contexte, Accor a décidé de créer, entre 2007 et 2009, un
groupe de travail dédié au thème « Enjeux et impacts du changement
climatique pour le groupe Accor ». Ce travail, réalisé en collaboration
avec l’IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations
Internationales), a permis d’identifier plus précisément les impacts
du changement climatique sur les activités du Groupe, et d’élaborer
un premier plan d’action de mesures prioritaires.
Les actions aujourd’hui mises en œuvre au sein de Accor sur les
sujets d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre intègrent
pleinement les recommandations de ce groupe de travail s’articulant
autour de cinq grands thèmes : la construction et la rénovation des
hôtels, les déplacements, la santé des collaborateurs et des clients,
le développement hôtelier et les nouveaux métiers et services.
Performance énergétique dans l’exploitation
des hôtels
Pilotage de la performance énergétique
dans l’exploitation des hôtels
Après une diminution de 5,5 % des consommations d’énergie au
cours du précédent plan quinquennal (2006-2010), l’objectif est
de poursuivre la maîtrise de ces consommations en renforçant le
pilotage de la performance, en orientant les investissements de
façon ciblée, ainsi qu’en agissant sur les pratiques, tant au niveau
de la maintenance des installations qu’au niveau des habitudes
comportementales.
Le renforcement du pilotage de la performance s’appuie sur :
ƒƒ
une bonne connaissance des hôtels (analyses croisées par marque,
nombre de chambres, nombre de points de ventes restaurants-bars,
équipements techniques, etc.) et de leurs consommations (suivi
réalisé depuis 2005 dans l’outil de pilotage OPEN) ;
ƒƒ
une analyse approfondie des ratios tenant compte des impacts
de la météo et du taux d’occupation pour avoir une comparabilité
entre les différentes années ;
ƒƒ
un
benchmark
par marque, famille d’hôtels et région ;
ƒƒ
des actions ciblées, simples à mettre en œuvre et pérennes.
Concernant les dépenses d’investissement, l’objectif est d’identifier
les systèmes et équipements les moins performants pour orienter
les capex de façon optimale.
La mise en œuvre repose sur deux outils internes :
ƒƒ
OPEN, pour le pilotage de l’eau et énergie (cf. page 68) ;
ƒƒ
MACH, outil de gestion des actifs hôteliers (inventaire des
équipements, année d’installation, état) qui permet d’évaluer
les besoins de rénovations, de les hiérarchiser, de les budgéter
et de suivre l’investissement afférent.
À ces outils sont associés :
ƒƒ
un réseau de Directions techniques dans le monde qui supporte
localement le pilotage et l’accompagnement des méthodes
et outils auprès des hôtels ;
ƒƒ
BOOST : une méthodologie d’optimisation de la conduite des
installations techniques ;
ƒƒ
une auto-évaluation qui permet à chaque hôtel d’identifier les bonnes
pratiques à mettre en œuvre en fonction de leurs spécificités ;
ƒƒ
la Charte 21, dont une partie des 65 actions s’adresse directement
aux problématiques liées à l’eau et à l’énergie dans les hôtels.
(1) Le reste des consommations d’énergie est principalement imputable aux postes de blanchisserie (7 %) et de l’amont agricole (6 %).
1...,62,63,64,65,66,67,68,69,70,71 73,74,75,76,77,78,79,80,81,82,...344
Powered by FlippingBook