Document de référence et rapport financier annuel 2014 - page 189

5
États financiers
Comptes consolidés et annexes
génèrent une baisse de la valeur de l’option. La valorisation de
l’option avec conditions de marché ne peut être révisée, quel que
soit le niveau de réalisation des conditions qui sera observé à la fin
de la période d’acquisition des droits. La juste valeur de l’option est
obtenue à partir de la méthode Monte Carlo, consistant à simuler un
nombre suffisant de
scenarii
de diffusions browniennes du cours de
l’action groupe Accor et de l’indice correspondant. L’hypothèse de
comportement d’exercice est également intégrée dans le modèle
de Monte Carlo.
Lors de l’exercice des options, le compte de trésorerie reçue est
débité et un compte de capitaux propres est crédité : le montant
reçu est réparti entre augmentation de capital et prime d’émission.
Plans d’actions sous conditions de performance
Les plans d’actions sous conditions de performance sont également
comptabilisés conformément à IFRS 2. Les principes d’évaluation et de
comptabilisation sont identiques aux plans d’options de souscription
à l’exception de l’évaluation de la charge qui correspond au cours
de Bourse à la date d’attribution moins la valeur actualisée des
dividendes non versés multiplié par le nombre d’actions émises.
M.2. Titres Accor auto-détenus
Les actions de la société Accor détenues par la mère et/ou les
sociétés du Groupe sont inscrites en diminution des capitaux
propres consolidés.
Le résultat de la cession éventuelle des actions d’autocontrôle (ainsi
que les effets d’impôts correspondants) est directement imputé
dans les capitaux propres consolidés n’affectant pas le résultat
net de l’exercice. Ces titres ne font l’objet d’aucune dépréciation.
M.3. Titres subordonnés à durée indéterminée
Les titres subordonnés à durée indéterminée sont comptabilisés
conformément à la norme IAS 32 et en prenant en compte leurs
caractéristiques spécifiques. Ils sont comptabilisés en capitaux
propres à leur coût historique lorsqu’il existe un droit inconditionnel
d’éviter de verser de la trésorerie ou un autre actif financier sous
forme de remboursement ou de rémunération du capital.
Les coupons versés aux porteurs des titres sont comptabilisés
directement en déduction des capitaux propres. Le Groupe
comptabilise l’effet d’impôt en compte de résultat. Ces versements
sont fiscalement déductibles.
N. Instruments financiers
L’évaluation et la comptabilisation des actifs et des passifs financiers
sont définies par la norme IAS 39 « Instruments financiers :
comptabilisation et évaluation » et par ses amendements.
Les actifs et les passifs financiers sont comptabilisés dans l’état de
la situation financière du Groupe lorsque le Groupe devient partie
aux dispositions contractuelles de l’instrument.
N.1. Actifs financiers
Les actifs financiers sont classés en trois grandes catégories
définies par la norme IAS 39 :
ƒƒ
La catégorie « Prêts et créances » qui comprend principalement
les dépôts à terme et les prêts à des sociétés non consolidées.
Lors de leur comptabilisation initiale, ces prêts et créances sont
comptabilisés au coût amorti correspondant à leur juste valeur. À
chaque clôture, ces actifs sont enregistrés au coût amorti. Ils font
l’objet d’une comptabilisation d’une dépréciation en date d’arrêté
s’il existe une indication objective de dépréciation. La dépréciation
correspondant à la différence entre la valeur nette comptable
et la valeur recouvrable (actualisation des flux de trésorerie
attendus au taux d’intérêt effectif d’origine) est comptabilisée au
résultat. Elle est réversible si la valeur recouvrable est amenée
à augmenter ultérieurement.
ƒƒ
La catégorie « Actifs détenus jusqu’à échéance » comprend
principalement les obligations et les titres de créances négociables
dont la particularité est d’être détenus jusqu’à l’échéance. Lors de
leur comptabilisation initiale, les actifs détenus jusqu’à échéance
sont comptabilisés au coût amorti correspondant à leur juste
valeur. À chaque clôture, ces actifs sont évalués au coût amorti
et font l’objet d’une comptabilisation d’une dépréciation en date
d’arrêté s’il existe une indication objective de dépréciation. La
dépréciation correspondant à la différence entre la valeur nette
comptable et la valeur recouvrable (actualisation des flux de trésorerie
attendus au taux d’intérêt effectif d’origine) est comptabilisée au
résultat. Elle est réversible si la valeur recouvrable est amenée
à augmenter ultérieurement.
Pour ces deux catégories, la comptabilisation au coût amorti est
équivalente à la comptabilisation au prix d’acquisition, la mise
en place de ces placements ne faisant pas l’objet de frais ou de
coûts significatifs.
ƒƒ
La catégorie « Actifs financiers disponibles à la vente » qui
comprend principalement les titres de participations, les parts
de SICAV et de fonds commun de placement et les titres de
créances négociables. Ces actifs sont comptabilisés dans l’état
de la situation financière à leur juste valeur, les variations de juste
valeur étant enregistrées en capitaux propres. La juste valeur
correspond au prix de marché pour les titres cotés (technique
de valorisation de niveau 1 : cf. note 2.R), aux valeurs liquidatives
pour les SICAV et Fonds commun de placement (technique de
valorisation de niveau 1 : cf. note 2.R) et à une estimation de la
juste valeur pour les titres non cotés, déterminée en fonction des
critères financiers les plus appropriés à la situation particulière
de chaque titre (techniques de valorisation de niveau 3 basées
sur des données non observables : cf. note 1.R). Pour les titres
non cotés sur un marché actif et dont la juste valeur ne peut être
évaluée de façon fiable, les titres sont alors maintenus dans l’état
de la situation financière à leur coût d’entrée c’est-à-dire à leur
coût d’acquisition, majoré des coûts de transactions éventuels.
Lorsqu’il existe une indication objective de la dépréciation durable
de ces titres (notamment en cas de baisse importante ou prolongée
de la juste valeur), la perte cumulée comptabilisée en capitaux
propres est alors constatée en résultat et est non réversible.
N.2. Instruments dérivés
L’utilisation par Accor d’instruments dérivés tels que des
swaps
de
taux ou de change, des
caps
, des contrats à terme de devises, a pour
objectif exclusif la couverture des risques associés aux fluctuations
des taux d’intérêts et des devises étrangères.
Ces instruments dérivés sont enregistrés dans l’état de la situation
financière à leur valeur de marché. Les variations de valeur de
marché sont comptabilisées en résultat sauf pour les opérations
qualifiées de couverture de flux futurs (flux liés à une dette à taux
variable) pour lesquelles les variations de valeur sont enregistrées
en capitaux propres.
Document de référence 2014
187
1...,179,180,181,182,183,184,185,186,187,188 190,191,192,193,194,195,196,197,198,199,...332
Powered by FlippingBook