Document de référence et rapport financier annuel 2014 - page 208

États financiers
Comptes consolidés et annexes
5
NOTE
13 CHARGES DE RESTRUCTURATION
Les charges de restructuration se décomposent de la façon suivante :
(enmillions d’euros)
2013 Retraité
2014
Dotations/reprises des provisions pour restructuration
(36)
63
Coûts de restructuration
(96)
(74)
CHARGES DE RESTRUCTURATION
(132)
(11)
Les charges de restructuration comprennent principalement des
coûts liés à des réorganisations au sein du Groupe.
En 2013, cela faisait notamment suite aux différents changements
stratégiques, au remaniement général du Comité exécutif et à la
refonte des sièges en Europe. Ces charges comprenaient (69) millions
d’euros au titre des plans de départ volontaire mis en place au sein
de ses sièges parisiens (cf. note 3.I).
En 2014, la charge réelle au titre des plans de départ volontaire
s’est élevée à (63) millions d’euros ; elle avait été entièrement
provisionnée en 2013.
NOTE
14 DÉPRÉCIATION D’ACTIFS
Les pertes de valeurs comptabilisées au cours des exercices 2013 et 2014 se détaillent de la façon suivante :
(enmillions d’euros)
2013 Retraité
2014
Écarts d’acquisition
(7)
(3)
Immobilisations incorporelles
(1)
(0)
Immobilisations corporelles
(81)
(52)
Immobilisations financières
-
-
DÉPRÉCIATION D’ACTIFS
(89)
(55)
Note 14.1 Dépréciation
des écarts d’acquisition
Au 31 décembre 2014 et au 31 décembre 2013, les principales
valeurs des écarts d’acquisition incluses dans les valeurs nettes
comptables des Unités Génératrices de Trésorerie (UGT) testées
sont présentées en note 19.
HotelInvest : hypothèses retenues
et analyse de sensibilité
Pour le pôle HotelInvest, la valeur recouvrable est approchée en
premier lieu par la juste valeur fondée sur un multiple normatif de
l’excédent brut d’exploitation – ce dernier constitue l’hypothèse
opérationnelle clef utilisée dans la valorisation.
Les multiples sont présentés en note 2.E.6.
Le scénario d’une variation simultanée et concordante dans son
ampleur et sa tendance des sous-jacents macroéconomiques de
l’excédent brut d’exploitation pour tous les hôtels constitutifs d’UGT
individuelles est hautement improbable et une analyse globale
de sensibilité semblerait peu pertinente. En effet, les hôtels sont
avant tout fortement dépendants de la zone géographique et de
l’environnement dans lequel ils se situent. Toutefois, si la valeur
comptable de certains hôtels devenait sensible nous donnerions
une sensibilité pour les hôtels concernés.
Au 31 décembre 2014, les dépréciations correspondent à la revue
de la valorisation des hôtels en France pour (1) million d’euros et en
Allemagne pour (2) millions d’euros. Les écarts d’acquisition alloués
aux hôtels concernés ont été entièrement dépréciés.
Au 31 décembre 2013, les dépréciations correspondaient à la
revue de la valorisation de l’hôtellerie en France pour (1) million
d’euros, en Allemagne pour (5) millions d’euros et aux Pays-Bas
pour (1) million d’euros.
HotelServices : hypothèses retenues
et analyse de sensibilité
Pour le pôle HotelServices, la valeur recouvrable est approchée en
premier lieu par la valeur d’utilité fondée sur un test de flux futurs
de trésorerie actualisés – ces derniers constituant l’hypothèse
opérationnelle clef utilisée dans la définition des plans d’affaire.
Les hypothèses clefs utilisées dans le cadre de la détermination de
la valeur recouvrable d’un actif sont cohérentes avec celles utilisées
dans le cadre du plan stratégique du Groupe et en ligne avec celles
utilisées dans le cadre de l’élaboration des budgets. Elles reflètent
l’expérience passée et prennent également en compte les sources
d’informations externes comme les prévisions de croissance de
l’industrie hôtelière ou le contexte géopolitique et macroéconomique
des zones concernées.
Document de référence 2014
206
1...,198,199,200,201,202,203,204,205,206,207 209,210,211,212,213,214,215,216,217,218,...332
Powered by FlippingBook