Document de référence et rapport financier annuel 2014 - page 68

RESPONSAbILITÉ DE L’ENTREPRISE
Engagements environnementaux
2
2.5.3. EAU
Enjeux liés à l’eau
L’eau est une ressource dont la répartition et l’accès sont très
inégaux dans le monde. Source de tensions politiques et sociales,
l’accès à l’eau représente donc un enjeu majeur. La consommation
d’eau du Groupe est importante et peut notamment intervenir
dans des zones de stress hydrique. Le Groupe est donc fortement
mobilisé pour maîtriser sa consommation d’eau à travers le monde.
Son attention se porte également sur les rejets d’eau, de façon à
s’assurer de la préservation des milieux aquatiques en aval de ses
installations et préserver une eau de qualité pour ses usages futurs.
Empreinte eau
L’empreinte environnementale du Groupe, mise à jour en 2014,
évalue l’empreinte eau de Accor sur l’intégralité de son cycle de
vie, sous la forme de la consommation nette d’eau douce, qui
correspond à la différence entre l’eau prélevée et l’eau retournée
à l’environnement. Celle-ci s’élève à 31 millions de m
3
.Trois postes
principaux émergent : l’amont agricole lié aux activités de restauration
(39%), l’eau nécessaire à la production de l’énergie (refroidissement
des centrales thermiques et nucléaires…) consommée dans nos
hôtels (36 %), et enfin la consommation d’eau dans les hôtels
(14 %, liés aux douches, WC, cuisine, piscine, arrosage, etc.)
(1)
.
Ces résultats permettent de dégager deux principaux leviers
d’action pour réduire l’empreinte eau du Groupe : un premier levier
direct
via
la maîtrise des consommations d’eau et d’énergie dans
les hôtels ; un second indirect
via
un
sourcing
et des pratiques
agricoles plus efficientes en eau.
Répartition par sources de l’empreinte eau de Accor
(soit 31 M m
3
)
Alimentaire
Énergie sur site
Eau utilisée sur site
Autres
(équipement des chambres, groupes frigorigènes, gestion
des déchets, équipement de bureau, entretien de l'hôtel,
voyage des employés, blanchisserie externe, construction
et rénovation)
36 %
11 %
14 %
39 %
Prise en compte des zones de tensions
hydriques
Le stress hydrique est défini par l’ONU-Habitat comme une
insuffisance d’eau de qualité satisfaisante, pour pouvoir répondre
aux besoins humains et environnementaux. Plus précisément, il
mesure le ratio d’eau utilisée dans une région par rapport au total
de l’eau disponible dans cette même région. Ainsi, plus le ratio
est bas, moins il y a de pression sur les ressources. Bien que de
nombreuses populations vivent déjà dans des régions connaissant
un stress hydrique, il est prévu que d’ici 2025, la part de population
mondiale vivant dans de telles zones augmentera de 35 %, soit
environ 2,8 milliards de personnes.
Depuis 2013, le Groupe suit et actualise chaque année son exposition
au risque de stress hydrique : en fonction de la localisation de l’hôtel
et sur la base des données disponibles dans l’outil Aqueduct du
World Resource Institute
(WRI) – l’un des deux outils de référence
dans le monde pour l’analyse des risques liés à l’eau – un niveau de
risque est établi pour chaque hôtel du Groupe. Cette information
est restituée dans l’outil OPEN et permet ainsi d’informer l’hôtel de
son exposition au stress hydrique, de façon à l’inciter à renforcer
son plan d’action de maîtrise des consommations d’eau en cas de
risque avéré ou croissant.
Répartition des hôtels Filiales et Managés
selon les niveaux de tensions hydriques
33 %
Zones arides
Stress hydrique actuel très élevé (> 80 %)
Stress hydrique actuel élevé (40-80 %)
Stress hydrique actuel moyen à élevé (20-40 %)
Stress hydrique actuel faible à moyen (10-20 %)
Stress hydrique actuel faible (< 10 %)
Pas de données
26 %
15 %
17 %
1 %
14 %
20 %
7 %
Les résultats révèlent que seulement 1 % des hôtels du Groupe
se trouvent dans des régions arides. Cependant, 33 % des hôtels
Accor (soit 948 hôtels) sont localisés en zone à risque, c’est-à-dire
présentant un stress hydrique de niveau élevé à aride, dont 17 %
sont situés en zone de stress hydrique jugé très élevé. Les zones
les plus concernées se trouvent en France (160 hôtels), en Australie
(111 hôtels), au Royaume-Uni (106 hôtels), en Chine (70 hôtels), en
(1) La consommation nette d’eau douce dans les hôtels représente 4,5 millions de m
3
, à rapprocher des 34 millions de m
3
comptabilisés
dans le suivi des consommations d’eau du Groupe (voir p. 67). La différence provient des rejets d’eau des hôtels.
Document de référence 2014
66
1...,58,59,60,61,62,63,64,65,66,67 69,70,71,72,73,74,75,76,77,78,...332
Powered by FlippingBook