Document de référence et rapport financier annuel 2014 - page 70

RESPONSAbILITÉ DE L’ENTREPRISE
Engagements environnementaux
2
Rejets et traitement
Eaux usées
L’empreinte environnementale du Groupe (mise à jour en 2014) a
mesuré les impacts que les activités des hôtels Accor peuvent avoir
sur la qualité des réserves d’eau. Ces impacts s’évaluent à travers
la notion d’eutrophisation (dégradation des milieux aquatiques).
En mer, l’eutrophisation est mesurée par la saturation en azote
(exprimée en kilogramme d’azote équivalent ou « KgN-eq ») ; pour
les rivières et lacs (eau douce), l’eutrophisation s’apprécie par
rapport à la saturation en phosphore (exprimée en kilogramme de
phosphore équivalent ou « kgP-eq »). Sur le cycle de vie de Accor,
l’eutrophisation marine s’élève à 4 569 kg N-eq et l’eutrophisation
pour l’eau douce représente 10 345 kg P-eq.
Répartition par sources de l’empreinte Accor
en termes d’eutrophisation
EUTROPHISATION MARINE
(soit 4 569 kgN-eq)
Alimentaire
Energie sur site
Construction et rénovation
Equipement des chambres
Autres
(groupes frigorigènes, gestion des déchets, équipement de
bureau, entretien de l'hôtel, voyage des employés,
blanchisserie externe, eau utilisée sur site)
11 %
4 %
3 %
4 %
78 %
EUTROPHISATION EAU DOUCE
(soit 10 345 kgP-eq)
Énergie sur site
Autres
(alimentaire, équipement des chambres, groupes frigorigènes,
gestion des déchets, équipement de bureau, entretien de
l'hôtel, voyage des employés, blanchisserie externe,
construction et rénovation, eau utilisée sur site)
4 %
96 %
L’empreinte environnementale révèle que la saturation en azote est
principalement liée à la filière agricole pour produire les aliments servis
chez Accor (78%), et en particulier la filière animale :Viande, lait, œuf
(66 %). La saturation en phosphore quant à elle est principalement
liée à la production d’énergie liée à notre activité (96 %), et en
particulière la production d’électricité d’origine nucléaire (95,6 %).
Le principe poursuivi par le Groupe est d’assurer systématiquement un
traitement des eaux usées en sortie des hôtels, soit par raccordement
à un système de traitement des eaux collectifs (station d’épuration
de la commune par exemple), soit par la construction sur le terrain
de l’hôtel d’une station de traitement autonome.
Produits plus respectueux de l’environnement
Le large déploiement au niveau du Groupe d’une solution de produits
d’entretien écolabellisés avec le référencement d’un fournisseur
unique (voir page 52) participe à réduire significativement l’impact
environnemental du Groupe.
Par ailleurs, les marques Mercure, Novotel, ibis Styles et ibis
proposent des produits d’accueil certifiés par l’écolabel européen,
Ecocert ou Nordic Ecolabel qui participent également à la réduction
de l’empreinte du Groupe.
2.5.4. IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX LOCAUX
Biodiversité
En 2014, le groupeAccor a pour la première fois évalué son empreinte
« biodiversité », c’est-à-dire l’impact des activités de l’entreprise
sur les écosystèmes (la biodiversité, les espèces et leur habitat).
Cette empreinte est estimée à 4 milliards de PDF.m
2
.an. Celle-ci
est mesurée à l’aide d’un indicateur exprimé en « pdf.m
2
.an »,
traduisant la fraction potentielle des espèces disparaissant (
Potentially
Disappeared Fraction of species
) d’une zone en un an. Par exemple,
1 PDF.m
2
.an exprime la suppression de toute biodiversité sur 1m
2
en un an d’une forêt primaire, et 0,89 PDF.m
2
.an la destruction
d’1m
2
de forêt secondaire.
L’empreinte du groupe est en grande majorité (77 %) due à la
filière agricole qui fournit les restaurants. L’impact de la plupart des
postes est une conséquence directe de l’occupation des sols (et
donc la déforestation) et, pour la filière agricole, de l’utilisation de
pesticides. L’eutrophisation peut également avoir un impact non
négligeable sur cet indicateur. L’impact du Groupe sur la biodiversité
dû à la construction & rénovation est relativement modéré (13 %),
en effet les hôtels du Groupe sont situés majoritairement dans
des zones urbaines et semi-urbaines (75 %). Dans une moindre
mesure la pression sur la biodiversité est liée à l’énergie utilisée
dans les hôtels (8 %).
Document de référence 2014
68
1...,60,61,62,63,64,65,66,67,68,69 71,72,73,74,75,76,77,78,79,80,...332
Powered by FlippingBook